Behind Anaïs

Anaïs Anaïs!

Hello 😉

 

Anaïs de Montezo est une jeune marque exclusivement made in France. Nous l’avons voulue à notre image : colorée, française, audacieuse.

Notre idée fixe était de pouvoir proposer des accessoires que l’on puisse s’approprier pour exprimer sa propre personnalité, pour se démarquer.

De nombreuses personnalités ont contribué à l’émergence de cette marque. Et parmi elle, moi Anaïs, la créatrice.

Dans cet article, je me plie au jeu de l’interview et vous en dis un peu plus sur moi, histoire que nous fassions connaissance.

Alors bonne lecture !

 

Qui es-tu ?

Chrystèle Anaïs. 31 ans déjà (ça passe tellement vite !).

 

Quelle est ta définition de l’audace ?

Pour moi, l’audace c’est de puiser au fond de soi les ressources pour pouvoir vivre selon ses propres règles, ses propres couleurs, ses propres envies.

 

Quelle est ta couleur préférée ?

Le jaune ! Indéniablement ! Cette couleur est tellement lumineuse et festive. Je l’A-DO-RE !

 

Quelle est ta musique du moment ?

Je n’arrive pas à décrocher du titre de Childish Gambino « This is America ». Le sens, la mise en scène, le rythme. Ce titre est à la fois émouvant, captivant, entrainant. Je suis réellement bluffée.

A côté de ça, j’ai un véritable coup de cœur pour l’album de Jane, artiste française, véritablement pétillante. J’aime beaucoup son univers, l’interculturalité que l’on retrouve, les couleurs, sa voix, son style… Je pourrais en parler encore longtemps !

 

Qu’est-ce qui te fait craquer à tous les coups ?

Une crêpe beurre salé et sucre !

 

Plutôt sac à main ou sac à dos ?

Sac à main sans hésitation. Mais j’aime aussi le côté pratique du sac à dos, notamment lorsque je pars en vacances !!

 

Qu’emportes-tu dans ton sac ?

J’emporte toujours le strict minimum: mon porte-feuille, mes cartes de crédit, mon pass navigo, mon téléphone et son chargeur, un petit miroir et quelques rouges à lèvres, du parfum, de la crème hydratante pour les mains…  

 

Dis-nous tout de ton activité ?

Je mène actuellement une double vie ! Créatrice de la marque Anaïs de Montezo et ingénieur conseil pour un bureau d’étude spécialisé dans la qualité sanitaire de l’eau et de l’air des bâtiments.

 

Tes deux activités sont diamétralement opposées, comment en es-tu arrivée à la création de la marque ?

Je crois sincèrement aux identités multiples ! Elles ne sont pas forcément incompatibles. Depuis l’enfance, j’ai toujours été naturellement attirée par les activités créatives : je pratiquais le dessin, la peinture, la couture, la danse et l’écriture de manière soutenue. Et même en faisant le choix de suivre un cursus plus conventionnel, je me suis toujours fait la promesse de ne pas oublier, une fois adulte, mes premières amours.

Avant d’en arriver à Anaïs de Montezo, ce fut un long cheminement… J’ai suivi des cours de couture avec une professionnelle du secteur pour consolider mes bases. J’ai ensuite enchaîné avec une formation dans la création et la gestion d’entreprise pour terminer avec des cours de maroquinerie. 

 

Quelle est l’histoire du nom de ta marque ?

Anaïs, c’est mon prénom. C’est également celui de ma Grand-mère maternelle. Ce prénom est lourd de sens car il fait le lien entre nos différentes générations. Ma Mère m’a appris la couture alors que j’étais toute jeune. Elle cousait nos vêtements, nos manteaux. Mon frère et moi avions constamment des compliments sur nos tenues. Elle faisait preuve d’une véritable créativité. Ses qualités de couturière, elle les avait apprises elle-même auprès de sa Mère.

Montezo, est le nom de la commune d’où est originaire mon père, en Côte d’Ivoire. Je voulais faire un clin d’œil à ce beau pays qui m’inspire énormément de par ses traditions, son artisanat, sa diversité, ses couleurs.

 

Difficultés ?

Ma principale difficulté : le temps. J’ai le sentiment d’en manquer constamment !

 

Quel est le meilleur conseil que l’on t’a donné et que tu souhaiterais transmettre à ton tour ?

La persévérance, c’est une des qualités de mon conjoint. Il est extrêmement posé et réfléchi, et lorsqu’il a quelque chose en tête, difficile de la lui enlever. Il avance petit à petit dans la direction qu’il souhaite prendre. Et j’en vois les résultats au quotidien. Du coup, s’il y a un conseil que je peux donner, c’est de ne jamais arrêter de croire en soi, et de persévérer dans la construction de son petit bout de chemin! Le chemin est parfois plus beau que la destination!

Partagez si vous aimez !